Présenté par Rosemonde

Il y a peu, j’ai amerri sur quelques mots noyés dans le fil d’actualité de Twitter, provoquant en moi l’envie de jeter l’ancre sur un lien publié par le Huffington Post : « j’ai vécu 90 jours à New York sans internet, sans ordinateur ni téléphone portable ».
L’article écrit par Marc Antoine a ouvert tout grand ma porte aux souvenirs, tout en apportant de l’huile au moulin de ma réflexion actuelle, sur mon degré de dépendance à la Connexion, oui avec un C majuscule. L’intention derrière la démarche de son auteur fait tout son extraordinaire, car son expérience hors du commun est, pour la plupart d’entre nous, la banalité presque oubliée de nos jeunes années pas si lointaines. 15-20 ans tout au plus, l’âge de ceux pour qui la déconnection fait partie de la science-fiction.

C’est pourtant grâce à cette connexion que j’ai pu découvrir l’extraordinaire de Marc Antoine, puis son ordinaire, et de partager aujourd’hui ce rendez-vous. Un merveilleux paradoxe pour fêter les 2 ans de Rendez-vous extraordinaire !

Interview

Pour qui votre premier sourire de la journée ?

A l’Homme. L’Homme en qui j’ai foi coûte que coûte et malgré la noirceur de certains agissements. L’Homme aussi, qui est en moi et à qui je fais confiance pour faire le bien.

Rat des villes ou rat des champs ?

L’un puis l’autre. L’autre, puis l’un. J’aspire à vivre dans les champs, mais quelque chose me retient encore en ville. Peut être le plus bel accomplissement de ces prochaines années sera d’apprendre à m’en passer. Je crois que la vérité se trouve ailleurs.

Si vous regardez par la fenêtre que voyez-vous ?

Un profond désir d’évasion, de liberté, un ciel bleu et ses nuages légers, l’espoir que demain sera meilleur qu’aujourd’hui. Mais rapidement, la certitude qu’aujourd’hui n’est pas si triste et qu’il me faut apprendre à regarder.

Qu’est-ce qui rend votre ordinaire extraordinaire ?

Les émotions ! En les laissant me traverser, en les acceptant, en les laissant être sans les combattre. Ce n’est pas un travail facile, mais il est essentiel dans ma vie. L’ordinaire n’existe que lorsqu’il est dénué d’émotions. Chaque seconde de notre temps est unique, chaque seconde est différente de la précédente. L’extraordinaire, c’est l’unicité de ces secondes dans la formation d’une histoire.

Que faites-vous de votre vie ?

Je la récite avec poésie, la vis avec passion.

Quelles activités occupent votre quotidien ?

Pour le moment, je tente une nouvelle aventure d’écriture à partir des notions de « connexion » et de « déconnexion ». Là encore, ce n’est pas un exercice facile, mais j’ai envie d’essayer. Parallèlement, je cherche une activité dans le milieu associatif. Cette expérience new-yorkaise ayant influencé ma perception de l’existence, il me faut désormais agir pour la communauté et dans l’intérêt général. J’aime aussi la musique que j’ai pratiquée pendant dix ans et plus récemment, la peinture.

Réussissez-vous à vivre de vos passions ou à faire vivre vos passions ?

Je vis avec mes passions et elles me font vivre. Mais elles ne paient pas mes factures !

Le talent que vous aimeriez pouvoir amplifier ?

J’aimerais revenir à la musique et étudier le jazz.

La rencontre ou l’événement qui a tout changé ?

Brené Brown. Chercheuse américaine en sciences sociales de l’Université de Houston au Texas, auteur de Daring Greatly et intervenante aux conférences TED. Son intervention sur Le Pouvoir de la Vulnérabilité m’apporte quotidiennement, tant sur l’acceptation de ma vulnérabilité que sur la tolérance, la recherche d’authenticité, le lâcher prise… c’est une femme formidable qui livre son travail avec humilité et ose se montrer imparfaite. Grâce à elle et pour la première fois en vingt-cinq ans, j’ai aussi pris conscience de mon courage.

La chose la plus extraordinaire que vous ayez accomplie ?

Sans conteste, cette expérience new-yorkaise dont j’ai décidemment du mal à sortir. Mais le faut-il absolument ?

La chose extraordinaire que vous rêvez de réaliser ?

Je suis un doux rêveur et j’aurais beaucoup de choses à dire… j’ai commencé la musique très jeune et l’ai mise entre parenthèses à l’adolescence. Je rêverais aujourd’hui de rouvrir cette parenthèse pour en faire autre chose.

Chat, chien ou poisson rouge ?

Chien ! Il déborde d’affection et vous partage sa bave avec tendresse. Essayez de faire la même chose avec un chat. Bien. Maintenant, essayez avec un poisson rouge. C’est très visuel comme truc.

Avec une baguette magique pour la planète, que faites-vous ?

Je réduis l’influence des médias. Si chacun est responsable de ses agissements, j’estime que les médias se sont octroyés, au fil des décennies, le droit d’influencer le monde entier sur tous les sujets et à toute heure. Mais ont-il seulement demandé la permission ?? Se tenir informé est devenu une activité compulsive pour certains d’entre-nous et je ne crois pas que ce soit naturel dans l’épanouissement de soi.

La personne extraordinaire que vous aimeriez retrouver là-haut ?

Maman.

L’oeuvre qui nous parlerait un peu de vous (livre, chanson, musique, tableau, etc.) ?

L’Andante du Concerto pour piano n°2 en Fa majeur de Dmitri Shostakovich. Tout y est.

Le lien sur lequel vous aimeriez nous faire cliquer ?

Sans hésitation, la vidéo de Brené Brown sur Le Pouvoir de la Vulnérabilité.

Qu’est-ce qui fait d’un rendez-vous un moment extraordinaire ?

La résonnance des histoires. Retrouver chez l’autre ce que l’on porte un peu en soi. C’est toujours jubilatoire en ce qui me concerne.

Quel âge a votre âme ?

L’Âme n’a pas d’âge, je dirais qu’elle est.

Ce que vous aimeriez que l’on retienne de vous ?

Que je suis quelqu’un de bien.

Actualité et liens

empreintenewyork.com
« J’ai vécu 90 jours à New York sans internet, sans ordinateur ni téléphone portable »
Une expérience sociale autour de la (dé)connexion.

Marc Antoine Colaciuri

Passage de témoin

Pour que l’histoire continue, à quelle personne extraordinaire aimeriez-vous passer le témoin et pourquoi ?

Bastien Guillochon, meilleur ami de toujours et futur chef français, expatrié aux USA depuis l’an dernier. C’est quelqu’un que j’admire pour son courage, sa ténacité et la créativité dont il fait preuve dans son travail. Un passionné, passionnant.